En partenariat avec
 
 
 
Arts plastiques > Agenda
 
Exposition « Arts du Pays Dogon »
Exposition > Art
Du 22 mars au 28 mai 2006
 

Sous le haut patronage de l'OIF, le Musée accueille jusqu'au dimanche 28 mai une exposition sur les arts Dogon présentant différentes facettes de la production artistique de ce peuple. Retrouvez le reportage d'Issy Tv

Tous ces objets liés au culte des ancêtres, inspirés par un sentiment religieux extrêmement fort, proviennent de la riche collection d’Alain Bilot.

Membre de la société des Africanistes, Alain Bilot commence son importante collection en 1970 par l’achat d’un masque kanaga, « l’un des plus élégants qui soient », et depuis se passionne pour cet art Dogon.
Depuis 1999 il se rend plusieurs fois par an en pays Dogon, toujours ébloui, pour y approfondir sa connaissance d’une civilisation extraordinaire, aux mythes et à la cosmogonie étonnants, car pour lui, appréhender l’organisation de cette société et « savoir dans quel contexte s’inscrit tel ou tel objet est essentiel ». Grand admirateur de l’ethnologue Marcel Griaule, il est curieux de la provenance des objets collectés - masques, objets rituels, serrures, bijoux…-, de la fonction qu’ils remplissent, de leur rôle dans l’ordre social et dans les rites funéraires, agraires ou de passage à l’âge adulte.

Une culture ancestrale
Le Pays Dogon est situé à l’est du Mali, dans la boucle du Niger où s’étire sur environ 260 km la falaise de Bandiagara, haute paroi calcaire qui casse brutalement un plateau aride, sillonné de vallées sèches et de crevasses dues à une érosion millénaire. Le peuple Dogon y a trouvé refuge depuis le XIVe siècle et a développé, dans une diversité de terroirs et de parlers, une culture complexe qui a su résister à toutes les entreprises d’assimilation.

Gardiens d’une ancienne civilisation, les Dogon ont su préserver une organisation sociale et religieuse originale où l’homme trouve sa place dans la nature, la société et l’univers.

Autrefois chasseurs, les quelque 300.000 Dogon sont des agriculteurs réputés, utilisant le moindre espace pour faire pousser leurs cultures vivrières. Ils vivent dans des villages à l’architecture typique placés sous l’autorité d’un conseil des Anciens et du Hogon, chef religieux respecté du village, qui préside avec le forgeron aux cérémonies agraires.
La cosmogonie Dogon raconte que le monde a été créé par Amma, dieu unique, éternel et omniscient, qui a également créé de nombreux génies et bien entendu les Hommes, lors d’un processus de création fort complexe.

Les masques Dogon au coeur de l’exposition
L’ensemble des pièces présentées témoigne à la fois d’une culture et d’une tradition par le biais de pièces anciennes mais aussi d’objets contemporains, toujours utilisés lors de diverses manifestations. Parmi les différentes familles d’objets mis en valeur, la prééminence est donnée aux masques exposés de manière à évoquer quelque peu l’idée d’un cabinet de curiosités. La scénographie entend ainsi proposer un parcours lisible, riche en objets « populaires » contextualisés dans la mesure du possible.

L’Afrique, on l’a souvent souligné, ne connaît pour ainsi dire pas d’« objets d’art » de conception occidentale, c’est-à-dire dépourvus d’utilité pratique et dont la seule fonction est d’être beaux. Mais l’art des objets, l’amour des belles formes dans toutes les choses de la vie quotidienne, cet art-là n’en est pas moins présent partout : le sens esthétique des Africains se manifeste dans tous les domaines et ne se limite pas aux sculptures et objets rituels.

Des extraits de films tournés par l’équipe de Marcel Griaule avant la Seconde guerre mondiale viendront compléter cette exposition, afin de mieux révéler à un large public une civilisation africaine qui ne cesse de fasciner.

Conférences au Musée

« Masques du Pays Dogon »
Par Alain Bilot Jeudi 6 avril à 18h30 (entrée libre)
La civilisation Dogon, révélée par les travaux de l’ethnologue Marcel Griaule, est renommée pour ses danses masquées. Les masques de bois et de fibres évoquent dans un style puissant des mammifères, des oiseaux, des personnages Dogon ou étrangers, des reptiles et sauriens et des objets. Ils sont confectionnés selon des règles précises en fonction de leur origine mythique. Les danses masquées ont pour objet d’escorter les âmes des morts errant dans le village jusqu’au repos de l’Au-delà. Cette conférence présentera quelques modèles de masques et les situera dans leur contexte social et religieux.

« Le pouvoir et ses représentations en Pays Dogon »
Par Eric Jolly Jeudi 27 avril à 18h30 (entrée libre)
Cette conférence reviendra sur le rôle politique des chefs « hogons », en abordant leurs prérogatives judiciaires, les rites d’investiture et les mythes énoncés à cette occasion.

 

adresse :

Le Musée Français de la Carte à Jouer
16, rue Auguste Gervais
92 130 Issy-les-Moulineaux
France
Tel : (00 33) (0)1 41 23 83 60
Fax : (00 33) (0)1 41 23 83 66
E-mail : musee@ville-issy.fr

 

Site Internet :

http://www.issy.com